top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurL'envol de la Grue

Calmer le mal de ventre


Il est le centre de notre bien-être. Prendre soin de son ventre, c’est s’assurer une belle vivacité, de la sérénité et un bon équilibre immunitaire. Nous savons aujourd’hui que c’est dans nos entrailles que se trouve la clé de nombreux maux. Pourtant, notre ventre est malmené par les rythmes que nous nous imposons, par la sédentarité et par les émotions qui ont été mal digérées. Dans tous les cas, un corps qui se désaccorde est un messager, il nous demande d’ajuster notre manière d’appréhender le monde et de prendre soin de nous. La première chose à comprendre est qu’il n’y a pas une recette miracle. Il est important de s’interroger sur la cause de nos maux, mais aussi d’adapter les conseils à notre constitution singulière. Avez-vous tendance à prendre du poids facilement ou plutôt à en perdre ? Prenez-vous aisément du muscle ou, au contraire, souffrez-vous de problèmes de circulation sanguine ou lymphatique ? Êtes-vous de nature frileuse ; d’un tempérament extraverti ou introverti ; plutôt calme et sédentaire ou toujours en mouvement et actif ? Autant de questions qui vous permettront d’affiner vos recommandations en fonction de votre profil… À découvrir plus en détails dans le livre Nature guérisseuse pour mon ventre. En attendant, voici quelques conseils. Belle découverte à vous tous. 10 recommandations pour soulager vos maux de ventre

  1. Déceler les causes premières de vos troubles : stress, excès d’activité, sédentarité, alimentation mal adaptée, choc émotionnel, fatigue…

  2. Pour relancer votre digestion depuis la base, ajoutez dans votre assiette, des épices comme le gingembre, le cumin, la cardamome, la coriandre, les herbes de Provence, l’ail… ainsi que des plantes amères en apéritif, un filet de jus de citron sur vos plats et des enzymes en supplémentation à la fin des repas. Simplifiez vos repas.

  3. À l’inverse, si vous souffrez d’un excès d’acides ou d’ulcère de l’estomac, évitez les épices et aromates fortes (piment, poivre, ail cru, échalote…), les excitants, l’alcool et les aliments acides au goût. Prenez une cuillère à soupe de gel d’aloe vera avant les repas.

  4. Pour les transit lents : ajustez votre consommation de fibres douces pour les personnes qui ont tendance à perdre du poids (graines de chia, de lin broyées, psyllium) et de fibres plus dures pour les celles qui ont tendance à grossir (graines germées, fanes de légumes, légumes verts, spiruline, fruits, salades, aromates, algues, céréales complètes…).

  5. Équilibrez vos apports en huiles végétales de première pression à froid en consommant davantage d’huile de chanvre ou de noix dans vos salades.

  6. Hydratez-vous suffisamment. Cela concerne surtout les personnes les plus minces. En buvant, de préférence, des tisanes de plantes calmantes hors des repas.

  7. Pratiquez des mouvements quotidiens pour vos intestins : automassage, torsion de yoga, bicyclette…

  8. Renouez avec votre ventre ! Chaque fois qu’il vous tiraille, posez les mains dessus et respirez avec présence. Retournez à vos sensations dès que possible.

  9. Augmentez très progressivement vos apports en probiotiques naturels (miso, pollen frais, aliments lacto-fermentés).

  10. Mastiquez et soignez les combinaisons alimentaires : évitez de consommer des fruits après le repas et n’associez pas la viande et les féculents lors d’un même repas.

Quelques plantes à découvrir Digestives et amères, en apéritif ou en dessert : absinthe, gentiane, gingembre, camomille romaine, angélique. Calmantes et apaisantes : camomille matricaire, mélisse, figuier en gemmothérapie. Anti-inflammatoires et réparatrices : pulpe d’aloe vera, fleurs de mauve, racine de guimauve, racine de réglisse. Digestives et détoxifiantes : artichaut, fumeterre, bardane, pissenlit. La respiration ventrale Douce et calmante, elle va harmoniser votre digestion.


  1. En Savasana placez vos mains sur le ventre pour bien le sentir. Ou comme la photo 🤗

  2. Expirez à fond par le nez jusqu’à ressentir la contraction des muscles abdominaux (l’expiration est forcée). Puis relâchez le ventre, ce qui entraîne la phase passive de l’inspiration, toujours par le nez. Accompagnez la fin de l’inspiration volontairement, en gonflant le ventre comme un ballon.

  3. À la nouvelle expiration, dégonflez votre ventre pour rapprocher votre nombril de la colonne vertébrale, accentuez le mouvement à la fin.



82 vues0 commentaire

Comments


bottom of page